Pour la 3e année consécutive, LAVOIX a réalisé le Baromètre de la PI, une grande étude sur les pratiques de la Propriété Intellectuelle (PI) au sein des entreprises en France. Cette année, 123 professionnels de la PI ont répondu au questionnaire mis en ligne en début d'année.

 

Outre les aspects examinés chaque année, l’édition 2014 avait pour but d’explorer les aspects stratégiques et notamment la manière dont les stratégies PI sont articulées avec la stratégie générale des organisations.

 

Voici quelques enseignements que l'on peut tirer de l'édition 2014 :

 

La perception de la PI comme enjeu stratégique confirme sa progression de 2013. Les réponses sont toutefois mitigées lorsque l’on demande si les droits de PI occupent une place suffisante dans l’agenda des dirigeants. Cela ne se traduit pas nécessairement non plus par une position élevée des Directeurs/Responsables PI dans l’organigramme. Les questions de sensibilisation (même si c’est encore plus vrai des opérationnels que des décideurs) font d’ailleurs partie des grands enjeux de la fonction PI.

 

Les répondants consacrent assez peu de temps à la stratégie et souhaiteraient lui en consacrer plus. Les critères d’évaluation des performances de la fonction PI sont par ailleurs davantage opérationnels que stratégiques. Les répondants sont globalement assez bien informés des principaux axes stratégiques de leur organisation, mais ils le sont moins sur les aspects marketing de la stratégie et sur l’environnement dans lequel évolue leur entité. Moins de la moitié des répondants ont formalisé la stratégie PI de leur entité et moins d’un quart ont mené à bien un processus de planification stratégique à cette fin.

 

Conformément aux résultats d’études menées précédemment, les responsables interrogés reconnaissent l’existence d’une large gamme de buts potentiels pour justifier le dépôt de droits de PI, avec une hiérarchie toutefois assez marquée.

 

  • Le brevet est déposé à la fois dans des buts offensifs et défensifs. D’un côté, les entreprises utilisent les brevets pour se protéger de l’imitation, donc dans une optique de monopole d’exploitation. De l’autre, elles déposent aussi des brevets pour nourrir l’état de la technique et limiter les dépôts de brevets par des concurrents ou pour limiter les risques d’être attaquées en contrefaçon.

 

  • La marque, pour sa part, est d’abord perçue comme un moyen de véhiculer l’image de l’entreprise. Il est également intéressant de constater que la caractérisation des produits de l’entreprise et la lutte contre l’imitation obtiennent des scores d’importance plus élevés que les buts « marketing » de la marque, à l’exception du renforcement du positionnement du produit.

 

  • Enfin, lorsque la question est posée pour l’ensemble des droits de PI, la préservation de la liberté d’exploitation obtient le score le plus élevé. La possibilité de différencier ses produits constitue le deuxième rôle le plus important d’après les répondants à l’enquête. « Eriger des barrières à l’entrée » ou même « écarter ses concurrents du marché » obtiennent également des scores élevés. Le renforcement du pouvoir de négociation permis par la détention d’un portefeuille de droits de PI est également reconnu comme un élément important.

 

Une étude plus fine des facteurs influençant les stratégies PI montre qu’il n’existe aucune corrélation statistiquement significative entre tel ou tel rôle des droits de PI et la taille de la structure. On ne détecte pas non plus de différence majeure dans les raisons de dépôts de brevets selon le type de technologie sinon que les industries utilisant plutôt des technologies complexes (systèmes de technologies interdépendantes) accordent plus d’importance à l’effet de la détention de brevets sur la position dans les partenariats de R&D. Elles semblent également accorder un peu plus d’importance à tout ce qui permet de préserver sa liberté d’exploitation (éviter d’être bloqué, accords de licences croisées) et un peu moins à la protection contre l’imitation, ce aussi bien pour le brevet que pour les droits de PI pris dans leur ensemble.

 

Au niveau des rôles de la marque, les scores sont globalement plus élevés pour les secteurs à dominante B to C par rapport aux secteurs à dominante B to B, ce qui est logique compte tenu de l’importance de la marque dans la relation avec le consommateur. Seuls l’impact sur le positionnement du produit et l’accompagnement des stratégies d’internationalisation paraissent un peu plus importants en B to B qu’en B to C.

 

Retrouvez tous les résultats 2014 dans le rapport du Baromètre de la PI, téléchargeable en cliquant sur ce lien, ici.

 

Pour plus d'informations, merci de contacter communication@lavoix.eu

 

Qu’est-ce que le Baromètre de la PI ?

 

La Propriété Intellectuelle (PI) est devenue un véritable actif stratégique de l'entreprise. De ce fait, le rôle et les enjeux du Responsable de la PI évoluent fortement, notamment au regard de la gestion de l'activité PI, des interactions avec les autres directions de l'entreprise mais aussi de son rattachement hiérarchique.

 

C’est donc pour aider les responsables en charge de la PI à optimiser leur activité, que LAVOIX a décidé de créer, en 2012, ce Baromètre de la PI qui a pour objectifs de :

  • Donner aux responsables de la PI des informations et des outils leur permettant d'améliorer la gestion de la PI,
  • Valoriser la PI auprès des acteurs de l'entreprise et optimiser les relations avec les parties prenantes tant internes (notamment les directions générales) qu'externes.

 

Méthodologie du Baromètre de la PI :

 

Le questionnaire du Baromètre de la PI a été mis en ligne à partir du lien www.barometredelapi.com du 15 janvier au 5 mars 2014, et adressé par email à plus de 800 Responsables PI en France et aux 4 000 membres de l’Association Française des Juristes d’Entreprise.

 

Le questionnaire a été auto-administré en ligne selon la méthodologie CAWI (Computer Assisted Web Interviewing). Les répondants sont tous des Responsables PI d’entreprises ou d’organismes publics. Les réponses sont strictement anonymes.

 

LAVOIX est le premier acteur entièrement dédié à la Propriété Intellectuelle (PI) en France. Avec près de 200 professionnels de la PI dont 80 avocats, conseils en propriété industrielle, ingénieurs et juristes, LAVOIX intervient sur tous les types de droits de PI (brevets, marques, modèles, droits d’auteur et noms de domaine), quel que soit le secteur économique ou technique concerné.

 

Association Française des Juristes d’Entreprise : Regroupant près de 4 000 juristes d'entreprise au sein de 1 300 entreprises, l’AFJE est la première organisation professionnelle de juristes d’entreprise en France, un réseau structuré et actif en termes de formation, de gestion de carrières et de représentation de la profession auprès des pouvoirs publics.

 

Contact:

Lionel DESCHAUX, Responsable Marketing, Communication et Business Développement

deschaux@lavoix.eu

Tél.: + 33 1 53 20 14 20

Retour à la liste